Skip to main content

Guillaume Wantz a transformé cet été son voilier en véritable laboratoire de mesure. Notre as du solaire organique (OPV) est parti avec à son flan les derniers prototype de voile solaire organique. Au bilan, des tests et mesures sur 800 miles nautiques parcourues sur une période de 6 semaines de cabotage entre le continent et la Corse.

En collaboration entre Héole et son laboratoire à l’Université de Bordeaux, Guillaume a conçu spécialement un appareil de mesure étanche, automatisé et autonome. Il lui permet de collecter toutes les minutes la production d’électricité solaire photovoltaïque de plusieurs modules solaires.

En particulier, l’attention fût portée sur la comparaison systématique des modules OPV par rapport à des modules de référence en silicium. Au-delà des paramètres électriques des modules solaires et des batteries, l’acquisition intègre la mesure de multiples paramètres environnementaux comme par exemples : la température, l’irradiance solaire calibrée, l’azimut, la vitesse, la position GPS et l’humidité qui sont à corréler à la production d’électricité.

 

Les résultats sont très convaincants.

Le travail d’analyse des données est colossal, mais riche d’information.

Les modules OPV d’Héole ont très bien résisté à ces conditions extrêmes de chaleur méditerranéenne, de vents forts et d’ambiance saline. La production d’électricité a été conséquente malgré une orientation verticale et un positionnement rarement optimal des modules par rapport au soleil (car on ne choisit pas l’orientation du bateau qui est dictée par le vent). Sur l’ensemble de la croisière, si on normalise l’énergie produite à la puissance crête des modules, alors l’OPV produit en moyenne 50% d’électricité de plus que le module silicium. Dans certaines conditions, Guillaume observe même une nette supériorité des modules OPV par rapport au silicium capable de produire jusqu’à 2 fois plus d’énergie électrique intégrée sur une journée.

Ces campagnes de mesures sont essentielles pour comprendre et améliorer le processus de production énergétique de nos futures voiles.

Les résultats sont très encourageants pour Héole. Nous sommes confiants et avons hâte que nos premières grandes voiles produisent cette électricité en quantité au-delà du nécessaire. Un tel surplus d’énergie renouvelable pourrait participer à l’essor des motorisations électriques des voiliers de demain.